Stories

Tayrona: un parc aux airs de paradis

Du 18 au 20 Octobre

Dernier réveil dans notre cabane, dernier petit déj face à la mer, et nous voilà repartis, sacs sur le dos en direction du Parc National de Tayrona. On attrape un bus sans faire super attention et en montant dedans, on se rend compte que ce n’est pas un bus « classique ». D’une part, on se fait avoir sur le prix (on a payé 20 000Cop pour les 2 au lieu de 12 000Cop) et on se fait arrêter 3 fois par les militaires qui semblent chercher et voir des choses au fond du bus. Il y a même un des passagers qui se fera arrêter après plusieurs palabres. Après le départ des militaires, le co-conducteur déplace certains sacs de l’arrière du bus vers les soutes. Tout cela n’est vraiment pas clair et nous ne nous sentons pas très à l’aise et avons hâte d’arriver à l‘entrée de Tayrona.

IMG_0970Après donc une heure et demie de trajet un peu tendu, nous y arrivons. Nous sommes soulagés et ne nous attendons pas à ce qui va suivre : une marche d’une heure et demie en pleine jungle sous un soleil de plomb avec nos sacs sur le dos.

Avant de commencer cette « galère », nous rencontrons un couple bien sympathique de franco colombien avec qui nous partagerons ces 2 jours dans le parc : Javier, un natif de Bogota, Bleuène : une bretonne. Le trajet aller passe donc relativement vite même si nos sacs pèsent 4 tonnes sur nos épaules et que nous transpirons à grosses gouttes. A l’entrée, on nous avait proposé de transporter nos sacs sur dos de mule pour 15 000 COP, nous aurions certainement dû accepter. Mais bon on est des routards ou on ne l’est pas.. LOL !

Sur le chemin, nous avons un avant-gout des plages paradisiaques qui nous attendent : la foret, la plage de sable blanc, la mer turquoise. Es divino !  En arrivant à Arrecife, premier endroit où l’on peut camper ou dormir en hamacs, nous nous arrêtons chez Don Pedro qui nous louera une tente avec matelas pour 8 000 Cop par personne. C’est spartiate mais c’est en plein milieu de la forêt avec des bananiers, palmiers, chevaux et ânes sur le terrain. Pour avoir la chance de se baigner et accéder aux magnifiques plages de ce parc, nous devrons encore marcher une demie heure pour la plage nommée « La Piscina » et une heure pour « Cabo ». Le chemin plein de boue et de fourmis rouges à certains endroits ne nous facilite pas la tâche mais les plages en valent vraiment la peine. Cet endroit est un mixte de forêts et de plage, ce qui le rend d’autant plus authentique. Par contre, nous avons entendu dire qu’en haute saison c’était noir de monde, ça doit donc forcément perdre un peu de son charme.

A Cabo, il est possible de dormir dans des hamacs sous une cabane perchée en haut d’un rocher au milieu de la mer. Nous avons hésiter à déménager pour une nuit car vraiment ce site est magique mais le propriétaire des lieux nous a rapidement démotivé car il nous met en garde du froid qu’il peut faire la nuit et qu’en cas de pluie nous serons certainement mouillés.

Nous avons passés 2 supers journées à se balader dans cette jungle, à manger de supers arepa de huevo y verdura al « Palacio de las arepas » et de supers pains aux chocolats fabriqués dans une petite paillote au fond du terrain de camping. Comme il faisait bien humide, que nos habits avaient du mal à sécher, nous avons eu peur que toutes nos affaires pourrissent. Nous vous conseillons de laisser vos gros sacs à Santa Marta ou Taganga, cela vous permettra de rester plus longtemps sans cette crainte et surtout d’apprécier un peu mieux le trajet. Après 2 nuits nous avons donc décidé de repartir. Le chemin du retour est encore plus dur qu’à l’aller. Nous maudirons nos sacs et regretterons de nouveau de ne pas avoir utilisé les services des mules. Mais voilà, nous sommes toujours des routards !

Après une heure et demie de marche, nous enchainons les bus, taxi, bus, taxi pour arriver à Carthagène. Nous avons eu beaucoup de chance car tout s’est super bien enchainé et le voyage ne nous aura pas couté trop cher (43 000 COP par personne).  A cartagène, nous recherchons un hôtel dans a la zone de Getsumani près de la vielle ville. Nous séjournerons au Marlin Hotel,  un hôtel propre et pas  trop cher (40 000 COP la chambre double avec salle de bain privée) et surtout un super réceptionniste qui a bien renseigné sur les restos et autres. Nous vous le recommandons vivement.

P.S. : Pour ceux qui ne le savent pas, la couverture du Lonely Planet de la Colombie est la plage de Cabo.

Map Location

Comments To This Entry.
  1. Jeanne j Jacques novembre 17, 2013 Reply

    C est vraiment magnifique!!!!! Je me serais bien vu faire un petit match de foot avant d aller pique une petite tête!!!!!!


  2. Marces novembre 14, 2013 Reply

    esos les pasa por radin lol los unicos que caminaron en el tayrona en lugar de pagar una mula!!!! pero bueno por ver ese paradiso se hace lo que sea!!!!! gros biz


Leave a comment

Current day month ye@r *

Recevez de nos nouvelles directement par mail!

Incrivez votre email ci-dessous: