Stories

Moulmein ou Mawlamyine

Du 10 au 12 Avril 2014

Mengalaba !!

C’est depuis le pont d’un bateau sur le fleuve Salouen que nous aurions aimé découvrir l’ancienne Moulmein qui s’appelle maintenant Mawlamyine. Pour votre information, en 1989, la junte militaire a changé « Burma » – le nom du pays en anglais – en « Myanmar » et rebaptisé une série de lieux comme Rangoon (désormais Yangon), Moulmein (Mawlamyine), Karen (Kayin) et Irrawaddy (Ayeyarwady). Mais pas de chance, aujourd’hui il n’y a pas de bateau circulant depuis Hpa An, c’est donc en bus que nous nous rendons, avec Vesna et Peter dans la quatrième ville du pays. En arrivant, nous allons au Breeze hôtel conseillé par les guides ainsi que par Soe Brother. Nous sommes encore déçus de la prestation hôtelière mais cette fois-ci encore plus que d’habitude !! Le gérant, M. Anthony nous demande quelle chambre désire-t-on et nous prend nos passeports pour nous enregistrer avant même de nous faire visiter. Après les avoir vues, nous ne sommes pas très convaincus car les chambres les moins chères ressemblent à des cages à lapin et les plus chères ressemblent à des chambres d’hôpital avec du carrelage sur les murs… On hésite à aller voir ailleurs mais on a un peu la flemme de chercher et décidons d’y rester.

Après avoir mangé au « Grand mother et grand father restaurant » (qui propose des plats plutôt bons mais un peu trop huileux à notre goût), nous allons au terminal de bus pour essayer de trouver des billets pour le 14 ou 15 avril. Nous ne le savions pas encore mais nous serons en plein « water festival », et il est presque impossible de se déplacer pendant cette semaine. Nous avons déjà essayé de trouver des billets à Hpa An, sans résultat et cette fois, nous avons plus de chance car notre chauffeur de tuk tuk, nous obtient les 2 dernières places pour le 14 en direction de Mandalay !

Nous rejoignons ensuite Vesna, Peter et Dimitri (un français rencontré au Breeze) pour aller visiter le plus grand bouddha couché du monde.  S’il existe un exemple de la mégalomanie religieuse au Myanmar, c’est bien ce projet : plus 200m de long, 34 m de haut, des yeux de métal de 7m de long ! Pour vous rendre compte, l’oreiller sur lequel repose le bouddha est aussi haut qu’un immeuble de 4 étages ! Son maître d’œuvre n’est pas un fou milliardaire mais un simple moine qui, lors d’un rêve, une voix intérieure l’appela à réaliser un glorieux monument dédié au Bouddha.  En 1998, la tête du Bouddha est achevée, peinture comprise, mais le moine n’est pas satisfait du résultat. Il ordonne alors aux ouvriers, des bénévoles en quête de mérite pour gagner leur place dans l’au-delà, de la détruire et de la reconstruire. Résultat : des mois et des mois de labeur perdus et des milliers de Kyats partis en fumée sur la seule décision d’un homme pieux et un peu trop perfectionniste. Le corps de béton et de brique est entièrement recouvert de carreaux aux couleurs vives. A l’intérieur, un passage mène sous la tête d’où l’on a une vue sur les collines parsemées de dizaine de pagodes et statues de bouddhas. Le corps abrite des salles sur 3 niveaux plus ou moins terminées où la vie du bouddha est illustrée par des scènes et des personnages à taille humaine.

Nous finirons l’après-midi, en allant admirer le coucher du soleil de la pagode Kyaikthanlan où un stupa (structure pleine en forme de cloche qui contient généralement des reliques de bouddha ou des objets sacrés) de 40m domine la ville. La lumière est extraordinaire et dans l’enceinte de la pagode, nous découvrirons les typiques attractions foraines des temples birmans. Nous vous en ferons la présentation dans notre topic « Les jeux d’Asie ».

Le soir, nous sommes allés tous ensemble diner au marché nocturne des brochettes pas terribles mais cela a permis à Alexis de tester les pattes de poulet… qui finalement ne sont que du cartilage recouvert de peau.

Le lendemain, nous apprenons que le bateau qui fait la jonction Mawlamyine – Hpa An fonctionne !! Comme nous avions très envie de découvrir les berges du fleuve Salouen et que nous avons le temps car nous sommes « bloqués » ici jusqu’au 14 avril, nous décidons d’embarquer. Sur les rives, nous croisons des villages sur pilotis où des centaines de bambous attendent d’être lavés dans la rivière pour être surement utilisés par la suite comme matériaux de construction. Nous découvrons également des familles et enfants se lavant dans le fleuve, des petits pagodes cachées dans les roches et des pécheurs. Le trajet n’est pas aussi extraordinaire que ce que l’on attendait mais nous avons passé un bon moment. Nous reprenons ensuite le bus direction Mawlamyine où nous ferons un tour par le marché. Nous achetons alors notre premier pistolet à eau, qui, on l’espère va nous servir pendant le water festival. Nous sommes très impatients et attendons vivement l’ouverture du festival. Nous avons très envie de sortir dans la rue bien équipés avec nos water gun et arroser tout le monde !

 

Comme, nous avons également envie de découvrir les villages autour de Mawlamyine, nous louons 2 vélos et partons en direction du village de Mupon. Sur la route, les gens, comme à leur habitude, nous sourient, nous crient « Mengalaba » (Bonjour en birman) et nous font un signe de la main. C’est très agréable de se balader en vélo dans ses conditions. C’est un pays qui sait rendre le sourire à tout le monde, c’est incroyable. En étant là-bas, on se sent rempli d’une dose d’amour et de gentillesse incroyable. Un simple petit arrêt dans une chope pour boire un coca se transforme en un grand moment où les locaux nous prennent en photo et essaye de communiquer tant bien que mal avec nous. Dans le village, on croise des enfants qui se préparent pour le festival du lendemain, on commence donc à jouer un peu avec eux avec nos 2 nouveaux pistolets à eau que l’on a achetés sur la route (et des water gun de compet : avec 2 jets d’eau s’il vous plait !). Mais c’était sans compter, la petite fille qui nous a suivi en vélo en nous répétant que l’on ne pouvait pas jouer aujourd’hui et que nous devions attendre le lendemain ! On a l’impression d’avoir inversé les rôles et de n’être que des enfants, mais on l’écoute et poursuivons notre route… en attendant le lendemain avec impatience.

A lire également:

Bienvenue au pays des sourires : le Myanmar

Hpa An : un lieu sacré au milieu de la nature

THE Water Festival

Mandalay et les anciennes capitales royales 

Map Location

Leave a comment

Current day month ye@r *

Recevez de nos nouvelles directement par mail!

Incrivez votre email ci-dessous: